Portrait climatique régional en climat de référence et futur en soutien à l’analyse des impacts et de l’adaptation aux changements climatiques sur le territoire Eeyou lstchee Baie-James, du nord de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nunavik

Les résultats de ce projet offrent un portrait climatique et hydrologique régional en climat actuel et futur plus complet et précis pour soutenir la prise de décision relativement à l’identification des impacts et des solutions d’adaptation à planifier et mettre en oeuvre pour les interventions en transport.

Détails du projet
Programmation scientifique
Programmation 2020-2025
Thématique(s) et priorité(s)
Science du climat et services climatiques
Début et durée
Mars 2020 • Mars 2022
Statut du projet
Terminé
 
Responsable(s) scientifique(s)
Alain Mailhot
INRS
Dominique Paquin
Ouranos

Contexte

Le Ministère des Transports du Québec (MTQ) joue un rôle important dans la conception et le maintien de divers ouvrages et infrastructures. Ce faisant, il doit disposer d’informations sur les conditions climatiques des régions où se trouvent ces équipements, dont la région administrative du Nord-du-Québec (Eeyou-Istchee Baie-James et Nunavik - EIBJN) et le nord de l’Abitibi-Témiscamingue sont appelés à connaitre des changements importants des conditions climatiques futures.

Le portrait climatique régional en climat futur qui existait sur le territoire EIBJN et le nord de l’Abitibi-Témiscamingue et de certains indicateurs climatiques liés aux extrêmes au Nunavik n’est pas assez complet pour soutenir la prise de décision relativement à l’identification des impacts et des solutions d’adaptation à planifier ainsi qu’à mettre en œuvre pour les interventions en transport. Ce projet a permis de produire de l'information qui guidera le MTQ dans ses décisions.

 

Objectif(s)

  • Améliorer et développer les connaissances climatiques et hydrologiques pour la région EIBJN et le nord de l’Abitibi-Témiscamingue afin d’appuyer le MTQ dans la planification, la conception, l’entretien et la gestion des infrastructures de transport;

  • Développer un ensemble de connaissances afin de prendre compte des changements climatiques dans la planification et les interventions en transport et les domaines connexes, pour assurer le développement durable du territoire EIBJN et du nord de l’Abitibi-Témiscamingue.

Méthodologie

  • Mise à jour des indicateurs climatiques de base sur le territoire du Nunavik, en se concentrant sur le territoire EIBJ et le nord de l’Abitibi-Témiscamingue.

  • Ajout de nouvelles analyses de variables spécifiques requises par le MTQ pour des variables spécifiques telles le  verglas et les précipitations extrêmes (courbes intensité-durée-fréquence - IDF).

  • Calcul d’indicateurs hydrologiques d’intérêt dans la planification des infrastructures de transport.

Résultats

Le projet a permis de fournir au Ministère des Transports du Québec les informations les plus à jour sur les conditions climatiques et hydrologiques actuelles (1991-2020) et futures (2041-2070 et 2071-2100) des régions du Nord-du-Québec (Eeyou-Istchee Baie-James EIBJ et Nunavik) et le nord de l’Abitibi-Témiscamingue pour des indicateurs climatologiques de température (15), précipitation (4), neige au sol (2) et verglas (4), pour les indicateurs de précipitations extrêmes et les indicateurs hydrologiques (3).

Les résultats sont présentés sous forme de cartes, graphiques et tableaux dans les annexes, incluant l’information locale pour les 39 sites d’intérêts identifiés par le MTQ (villages cri ou inuit, aéroports, repères routiers). 
Tous les changements des indicateurs climatologiques liés à la température vont dans le sens d’un réchauffement, mais tous ces changements ne montrent pas un gradient nord-sud. Les indicateurs climatologiques de précipitation montrent que les précipitations totales, plus élevées en climat de référence au sud et l’est du domaine augmentent, quels que soient la période future et le RCP considérés.

En climat de référence, les indicateurs de verglas du nombre annuel moyen d’heures et d’épisodes de verglas sont plus élevés sur les côtes. Le taux annuel de verglas est quant à lui plus élevé au sud et le nombre d’année avec au moins un épisode de plus de 10 mm est peu fréquent sur tout le territoire.

En climat futur, il n’y a pas de signal clair de changement du taux annuel et du nombre d’années avec au moins un épisode de verglas de plus de 10 mm. Par ailleurs, les heures annuelles et le nombre annuel d’épisodes de verglas augmenteront pour une bonne proportion du domaine. C'est particulièrement le cas au nord-est du domaine, bien qu’une diminution, plus marquée à la fin du siècle pour le RCP8.5 soit possible, sur les régions côtières de la zone d’étude.

Figure 1

Exemple de résultat : Nombre d’années avec au moins un épisode de verglas de plus de 10 mm pour la période de référence 1991-2020 (à gauche), différence du nombre d’années avec au moins un épisode de verglas de plus de 10 mm entre les périodes 2041-2070 et 1991-2020 (au centre), et 2071-2100 et 1991-2020 (à droite), pour les RCP4.5 (en haut) et RCP8.5 (en bas).

Les majorations à appliquer aux courbes Intensité-Durée-Fréquence - IDF en climat futur ont été estimées.  Ces majorations s’appuient sur une analyse et une synthèse des études les plus récentes évaluant les impacts des changements climatiques sur les pluies extrêmes. La majoration à appliquer aux courbes IDF historiques varie de +13% (période 2020-2040) à 48% (période 2080-2100) pour les MAP (maximums annuels de pluie - intensités maximales de pluie enregistrées pendant la période de juin à septembre de chaque année) de durée 1 heure selon le scénario intermédiaire. Par ailleurs, ces mêmes augmentations sont de +7.5% à +28% pour ces deux mêmes périodes futures pour les MAP de durée 24 heures.

Les trois indicateurs hydrologiques que sont les débits moyens, les débits de pointe et les volumes de pointe, sont calculés sur 39 bassins versants du territoire, à l’échelle annuelle et saisonnière et pour différentes périodes de retour. À l’échelle annuelle, les débits moyens montrent des augmentations probables (66 à 90% des scénarios hydrologiques) à très probables (plus de 90% des scénarios hydrologiques) pour les bassins de la région ElBJ et du Nunavik. Les augmentations des débits de pointe hivernaux et printaniers sont plus probables au nord, tandis que les diminutions des débits de pointes estivaux sont plus probables au sud. Il existe une forte corrélation entre les variations des débits de pointe et des volumes de pointe en ce qui concerne la direction du changement (hausse ou diminution). 
 

Retombées pour l'adaptation

Retombées pour l'adaptation

Mise à disposition d’un portrait climatique et hydrologique régional en climat actuel et futur plus complet et précis pour soutenir la prise de décision relativement à l’identification des impacts et des solutions d’adaptation à planifier ainsi qu’à mettre en oeuvre pour les interventions en transport;

Développement du savoir-faire pour la production de scénarios climatiques et hydrologiques pour le territoire EIBJ, Nunavik et du nord de l’Abitibi-Témiscamingue pour différents indicateurs en soutien à l’adaptation aux changements climatiques dans le domaine des transports;

Soutien à la prise en compte des changements climatiques dans la planification et la conception des ouvrages en territoire nordique.

Publications scientifiques

Date
Titre
Auteur
Type de document
Langue(s)
2022
Portrait climatique régional en climat de référence et futur en soutien à l’analyse des impacts et…
Paquin D., Mailhot A., Guay C., Malenfant C.,…
Français

Financeurs

Autres participants

  • Centre de recherche d’Hydro-Québec

  • Direction de l’expertise hydrique du MELCC

Projets connexes

button back to top