Santé

Quiconque est confronté aux événements climatiques peut subir, de manière directe ou indirecte, des impacts sur sa santé physique et mentale. Les dommages peuvent être variables selon les déterminants de la santé d’un individu. Ils peuvent s’avérer d’autant plus importants si son milieu de vie, son état de santé ou sa situation socio-économique sont déjà fragiles.

Dommages sur la santé physique

Dommages corporels indirects via les impacts sur les milieux de vie

Les impacts des changements climatiques pourraient se concrétiser en dommages corporels à la suite d’une chaine d’impacts. La hausse des températures (impact direct des changements climatiques) peut contribuer aux sècheresses estivales (conséquence directe de l'impact), fragilisant ainsi les forêts. Ces dernières deviennent alors plus vulnérables à la propagation des feux de forêt. Ce fut notamment le cas dans le village de Lytton, en Colombie Britannique, qui a disparu sous les flammes en juillet 2021. Lors d’un évènement de cette nature, les bâtiments, les infrastructures et les arbres endommagés peuvent se briser et provoquer des chutes d’objets ou de débris. La population peut alors subir des blessures physiques indirectement liées aux changements climatiques.

D’autres aléas appelés à s’aggraver avec les changements climatiques comme les inondations et les glissements de terrain, les tempêtes accompagnées de vents forts qui peuvent survenir en toute saison et même les événements de pluie verglaçante peuvent détériorer le milieu de vie, provoquer de nombreuses destructions et ainsi être indirectement responsables de blessures corporelles.
 

Dommages corporels directs via des impacts sur la santé générale

Les dommages corporels peuvent être provoqués lorsque l’individu est directement blessé par l’événement climatique. Par exemple, lors d’événements de gel dégel ou de pluies verglaçantes, la chaussée peut être recouverte de glace et entrainer des chutes et des blessures. 

L’événement climatique peut également affecter le système interne d'un individu. En ce sens, son corps peut activer des mécanismes physiologiques pour se protéger et ainsi créer un effet de cascade de symptômes non désirés. Ça peut être le cas, par exemple, lors des périodes de canicule qui peuvent provoquer des coups de chaleur, des étourdissements, la déshydratation, une fatigue physique à l’effort voire une augmentation de la fréquence cardiaque et même un arrêt cardiaque. Le milieu de vie peut, de plus, jouer un rôle d’amplificateur de la chaleur. C'est particulièrement vrai si les surfaces minérales (asphaltées, bétonnées et goudronnées) environnantes sont nombreuses et de couleurs foncées, car elles absorbent la chaleur durant le jour et la réémettent durant la nuit. Ainsi, les travailleurs extérieurs sont très exposés aux coups de chaleur et encore davantage lorsque leurs activités se pratiquent près de ce type de surfaces.
 

 

Certains événements climatiques peuvent aussi affecter la capacité respiratoire (asthme) ou augmenter les symptômes allergiques (sécrétions nasales et irritation des yeux). C’est le cas notamment de l’augmentation des concentrations des particules fines et de l’ozone dans l’air, mais aussi des feux de forêts, responsables d’intoxication par les fumées. C’est aussi le cas des tempêtes estivales qui déclenchent la production et la libération d’allergènes dans l’air. En effet, lorsque des événements de pluie  sont combinés à des vents forts, cela facilite le détachement et la dispersion des pollens. 

Figure 1

Figure 1: Effets sur la santé en raison de la réduction de la qualité de l’air (source : Berry, P., et Schnitter, R. (éd.). (2022). La santé des Canadiens et des Canadiennes dans un climat en changement : faire progresser nos connaissances pour agir. Ottawa (Ontario) : gouvernement du Canada. 

 

Les changements climatiques sont aussi responsables de la dégradation de la qualité de l’eau (voir page disponibilité et qualité de l’eau) ce qui, dans certains contextes, peut affecter la santé physique des individus. La présence de certaines bactéries dans l’eau, comme le Campylobacter ou le Escherichia coli, est favorisée par les températures plus chaudes et des débits d’étiages plus bas. Il peut alors devenir dangereux de pratiquer certaines activités nautiques ainsi que la baignade, car ces bactéries peuvent causer des diarrhées et de déshydratation voire de la mort dans les cas extrêmes. 

Disponibilité et qualité de l'eau

Pour en savoir plus sur l'impact des changements climatiques sur la qualité de l'eau.

Figure 2

Figure 2 : Impacts des changements climatiques sur la qualité et la quantité d’eau et répercussions sur la santé (Source: Berry, P., et Schnitter, R. (éd.). (2022). La santé des Canadiens et des Canadiennes dans un climat en changement : faire progresser nos connaissances pour agir. Ottawa (Ontario) : gouvernement du Canada.)

 

Écosystèmes et changements climatiques

Consultez notre page Écosystèmes pour en savoir plus sur la propagation des d'espèces nuisibles

En raison de l’arrivée plus hâtive du printemps et plus tardive de l’automne au Québec, la végétation a la possibilité de croître plus longtemps. Avec elle, la production de pollen et la saison des allergies s’allongent. Cette dernière se divise en trois périodes : 

  • mars à juin : pollen des arbres et des arbustes

  • mai à octobre : pollen des graminées comme le gazon ou le foin

  • juillet à octobre : pollen de l’herbe à poux. 

De plus, les étés et les hivers plus chauds au Québec sont de plus en plus favorables à la propagation d’espèces nuisibles qui migrent vers le nord. Parmi elles, plusieurs sont susceptibles de transporter des maladies (voir section écosystème). C'est le cas de plusieurs insectes qui peuvent transmettre des maladies à l’homme, comme le virus du Nil occidental, la maladie de Lyme et même les moisissures qui se multiplient dans les lieux humides.
 

Dommages corporels via des impacts sur les déterminants de l’iniquité en santé

Les facteurs d’iniquité en santé peuvent compromettre la capacité des individus à faire les bons choix pour se soigner ou pour se protéger d’un événement climatique extrême. Par exemple, une personne avec un faible revenu n’aurait pas la capacité financière pour adapter son logement aux fortes chaleurs si celui-ci est mal isolé et mal ventilé. En période de canicule, la chaleur accumulée plusieurs jours et nuits à l’intérieur du logement pourrait provoquer une dégradation de l'état physique de l’individu entrainant potentiellement son hospitalisation. 
 

Dommages sur la santé mentale

Les aléas climatiques peuvent engendrer des dommages sur la santé mentale de l’individu, soit par la charge émotive qui augmente au moment de l’événement ou par le développement d’un choc post-traumatique. 

De plus, des situations postérieures à l’événement extrême peuvent être vécues difficilement. La gestion de la réparation des dommages, la reconstruction des biens personnels et du logement, la perte de personnes chères peuvent s’avérer très anxiogènes pour un individu. Le Climate Institute a d’ailleurs démontré en 2011 que les conséquences psychologiques d’un événement climatique peuvent persister pendant plusieurs mois, ou même plusieurs années, et toucher des individus ainsi que des familles entières.

Enfin, les impacts continus, fréquents, violents et de plus en plus visibles des changements climatiques engendrent de l’écoanxiété. La crainte qui habite les individus sur le sort de la planète et le sentiment d’impuissance devant les enjeux environnementaux actuels augmentent d’ailleurs les cas de dépressions. Une étude de l’Université Sherbrooke en 2021 a démontré que près de la moitié (49 %) des jeunes adultes (18-24 ans) interrogés ont ressenti au moins une manifestation d’écoanxiété au cours des deux dernières semaines précédant le sondage, comparativement à 26 % pour l’ensemble de la population.
 

Les services de santé

Lors d’un événement extrême, la situation d’urgence et la forte augmentation de la demande qui s’ensuit mettent les services de santé sous pression, que ce soit au niveau du personnel hospitalier, des salles d’urgence ou d’hospitalisation, des transports ambulanciers, etc. D’un point de vue infrastructure, plusieurs établissements de santé n’ont pas été construits pour résister à certains événements climatiques, tels que de forts vents, une température intérieure excessive ou une inondation.

Leurs systèmes critiques (les appareils médicaux des salles d’opération et des unités de soins intensifs…) ou le bâtiment lui-même (toiture, revêtement, fenêtres, canalisation, système électrique) pourraient donc être endommagés, ce qui pourrait perturber l’offre de soins. Le personnel de santé pourrait aussi, d’un point de vue individuel, être affecté par un événement climatique et manquer à l’appel si par exemple les infrastructures pour se déplacer sont impraticables ou s'ils sont eux-mêmes affectés par l'évènement.
 

Figure 3

Figure 3 : Dix éléments constituant le cadre opérationnel de l’OMS pour renforcer la résilience des systèmes de santé face aux changements climatiques (Source: Berry, P., et Schnitter, R. (éd.). (2022). La santé des Canadiens et des Canadiennes dans un climat en changement : faire progresser nos connaissances pour agir. Ottawa (Ontario) : gouvernement du Canada.)

 

button back to top