Vagues de chaleur et impact sur la santé ; comment s’y préparer
Publié le
Contenus

Alors que l’été vient tout juste de débuter officiellement, les Québécois ont eu droit à la première canicule de l’année la semaine dernière. Le 19 juin 2024 sera une date à retenir, avec de nombreux records fracassés. À Montréal, le mercure a grimpé jusqu'à 33,7°C, dépassant la marque de 33,1°C en 2001. À Québec, la marque de 33,2°C de 2020 a été surpassée avec 33,6°C.  

Si la saison estivale, aussi surnommée la belle saison au Québec, apporte de nombreux avantages comme le prolongement des heures d’ensoleillement et le retour des activités extérieures, elle peut également avoir un effet néfaste sur les individus, en réponse à des températures trop élevées. 

La hausse des températures projetée au Québec fait l’unanimité au sein de la communauté scientifique. Les vagues de chaleur sont d’ailleurs un bon exemple d’événements naturels directement reliés à ces changements climatiques. Plus fréquentes et d’intensité plus élevée, celles-ci ont un impact direct sur la santé de la population ainsi que le quotidien de bon nombre de Québécois.   

L’été 2024 s’annonce chaud! 

Selon les toutes dernières prévisions de l’été à venir, celui-ci sera tout en haut du tableau des saisons les plus chaudes, affirme l’expert météorologue Réjean Ouimet.     

Déjà au printemps, le mois de mai a été marqué par des températures particulièrement élevées. Sans parler de record, Environnement et changements climatiques Canada souligne que la température maximale normale pour ce mois est habituellement de 18.5°C pour le Grand Montréal, alors que cette année, un 30°C a été enregistré le 22 mai avec un facteur d’humidité procurant 37°C ressentis.   

« La chaleur est au rendez-vous, affirme Réjean Ouimet, un peu à l’image des derniers étés depuis 2020. Le cœur de l’air le plus anormalement chaud va se trouver sur le sud des Grands Lacs. Le Québec sera suffisamment près pour hériter de débordements particulièrement torrides. Encore une fois, les fortes chaleurs sont plus susceptibles de se produire en juillet et août ».  On peut donc s’attendre à ce que le Québec soit le théâtre d’autres vagues de chaleur durant l’été, comme celle connue la semaine dernière. 

eccc

La figure 1 illustre les prévisions météorologiques saisonnières produites par Environnement et Changements climatiques Canada pour l’été 2024 au Québec. Nous y voyons clairement la prévision des températures hautement au-dessus des normales saisonnières, ce qui laisse présager de nombreuses vagues de chaleur possibles.

Que l’on parle de vague de chaleur, de période de chaleur accablante ou encore de canicule, l’important est d’être conscients que la chaleur peut être dommageable pour la santé et avoir des impacts importants. Il est donc primordial de s’y préparer et s’adapter convenablement.

Pour en savoir plus sur les vagues de chaleur :

 
Savoir adapter ses activités en périodes de grandes chaleurs

Puisque plusieurs personnes attendent avec impatience les températures estivales, un certain niveau de danger est encore plus présent lors des premières vagues de chaleur de la saison. En effet, lorsque celles-ci se produisent très tôt, la population est encore en effervescence de l’arrivée des beaux jours. Elle est donc moins alerte aux signes laissant présager un inconfort et n’a pas le réflexe de s’impliquer dans une quelconque planification pour prévenir de potentiels impacts sur la santé. 

Lorsque la saison bat son plein et que les chaleurs extrêmes s’enchaînent, la population déjà éprouvée par l’accumulation des journées torrides a toutefois tendance à redoubler de vigilance.  

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) recommande donc à la population d’adapter ses activités en fonction de la météo annoncée. Afin de protéger la population face aux dangers de la chaleur extrême, l’INSPQ émet des avertissements spécifiques et les diffuse aux directions de santé publique des régions concernées. Ces dernières informent ensuite leur population de l'atteinte des seuils de chaleur extrême et relaient des messages de prévention tout au long de la vague de chaleur.

Pour en savoir plus sur la prévention aux vagues de chaleur :

 

Ces avertissements, qui s’appuient sur les prévisions de température des prochains jours et qui prennent en compte les impacts sanitaires de la chaleur, permettent d’informer et de mobiliser les intervenants du réseau de la santé et des services sociaux lorsqu’une vague de chaleur extrême est appréhendée.

Chaleur et santé, ce qu’il faut savoir

Les vagues de chaleur, caractérisées par des températures élevées et souvent accompagnées d'une humidité importante, d'un manque de vent, de smog ou de températures nocturnes élevées, constituent un danger important pour la santé publique. Elles peuvent en effet causer divers problèmes de santé, allant de la santé physique à mentale, voire même jusqu’au décès. 

Il est important de noter que la sensibilité à la chaleur n'est pas uniforme au sein de la population. Certains groupes sont plus à risque que d'autres, en raison de facteurs tels que l’âge, la présence de maladies chroniques, la prise de certains médicaments, la mauvaise condition physique et les personnes vivant avec de l’obésité ou encore la consommation de substances avec excès (alcool et drogues). 

S’ajoute également les facteurs sociaux, liés à l’exposition à la chaleur, qui doivent également être pris en compte, soit l’isolement social, l’itinérance, la perte d’autonomie, une mobilité réduite, etc. 

Tous ces facteurs ont des impacts directs sur la santé des Québécois, mais également indirects, par exemple les accidents de travail causés par une moins bonne concentration des travailleurs en période de chaleur extrême. En raison de la complexité et de la diversité des facteurs en jeu, il est donc essentiel de mettre en place des mesures de prévention ciblées pour protéger les populations les plus vulnérables lors des vagues de chaleur.

Anticiper les vagues de chaleur permet de mieux se préparer

Avec les prévisions annoncées pour l’été à venir, la population du Québec doit s’attendre à avoir un mois de juillet et d’août ponctué de périodes de grandes chaleurs. Il est donc crucial de se garder informé des températures prévues afin de s’y préparer adéquatement.

En se familiarisant avec les outils disponibles pour atténuer les effets néfastes, en adoptant des mesures préventives et en se préparant convenablement, la population pourra continuer de profiter des températures clémentes, tout en étant consciente des mesures à prendre pour éviter tout malaise relié à ces périodes.

Plus de nouvelles
Ouragans dans l’Atlantique : vers une saison extrême en 2024 ?
Retour de La Niña : Quand le refroidissement naturel se heurte au réchauffement climatique
Vagues de chaleur et impact sur la santé ; comment s’y préparer
button back to top